Date limite des propositions sera prolongée jusqu'au 1 juillet, 2020

Entre l'après-guerre et aujourd'hui 1970-2000

Locale, national et globale
6-9 mai 2021
Université de Toronto

Les historiens qui, depuis de nombreuses années, ont ignorées le « no man’s land » historiographique entre les bouleversements charismatiques des années 60 et les évènements du patrimoine mondial des années 80s, en sont venus à reconnaitre les années 70 comme fondement de notre ordre mondial actuellement.
● Nils Gilman. "The New International Economic Order: A Reintroduction," Humanity: An International Journal of Human Rights, Humanitarianism, and Development 6, 1 (2015): 1-16. https://muse.jhu.edu/
Les sources historiques de la fin du XXe siècle deviennent de plus en plus accessibles aux historiens canadiens. Toutefois, la métaphore de Nils Gilman d'un «no man’s land historiographique » continue d’être pertinente. Les cadres temporels et politiquement chargés tels que les «longues années 60» et «la société juste» ne sont pas facilement applicables aux décennies qui ont suivi. Entre 1970 et 2000, une série de changements importants -- économiques, culturels et sociaux -- ont déstabilisé le consensus libéral contesté de l'après-guerre. Le rapatriement de la Constitution et l'adoption de la Charte des droits et libertés ont fourni aux peuples divers -- tel que les autochtones, les femmes, les communautés homosexuelles, les personnes handicapées, et les immigrants et les réfugiés -- des plateformes durement acquise pour exercer une plus grande influence sur la politique et la société canadienne. En plus, beaucoup de ces mouvements avaient des liens étroits avec des luttes ailleurs dans le monde. Dans un même temps, les politiques néolibérales mondiales ont un impact sur l'économie et la politique nationale, de sorte que le soutien aux programmes qui favorisent l'inclusion, l'égalité et les taux élevés d'emplois bien rémunérés diminue. Culturellement, la politique autochtone enracinée dans les mouvements internationaux de décolonisation, les tensions entre le Québec et le Canada, le Canada et les États-Unis et les défis posés à l’identité récemment redéfinie du Canada en tant que nation inclusive et multiculturelle ont fait de « l’identité canadienne » un sujet de plus en plus complexe. Ces décennies, qui ont jeté les bases du Canada actuel, nécessitent une analyse plus approfondie de la part des historiens et d'autres chercheurs.
«Entre l'après-guerre et aujourd'hui» rassemble des chercheurs qui explorent ces changements politiques, économiques, culturels et sociaux au Canada de 1970 à travers les années 90s. Les organisateurs de la conférence invitent des propositions de chercheurs qui sont intéressés à comprendre ces décennies et d'identifier les tendances de l'époque. Comment ces changements ont-ils été façonnés par la politique mondiale? Comment les histoires locales, nationales et internationales «se chevauchent » pour façonner les expériences individuelles et collectives? Quels cadres pourraient être les plus efficaces pour comprendre les changements et les continuités de cette période? Nous accueillons des présentations uniques, des panels et des tables rondes qui examinent les aspects de la culture, de la politique et de la société canadiennes au cours des dernières décennies du XXe siècle. Cette période, qui se situe entre le présent et le « boom économique » d'après-guerre, est essentielle à notre compréhension du Canada au XXe siècle.

Veuillez envoyer des propositions de présentations uniques, de panels ou d'autres types de présentations à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. au plus tard le 15 mai 2020. Chaque soumission y compris un résumé de 250 à 500 mots pour chaque proposition et panel. Veuillez également fournir un CV de 1 à 2 pages, y compris les coordonnées et toute affiliation de chacun des présentateurs. Nous avons l'intention de demander une subvention pour les connexions du CRSH pour soutenir cette conférence.
Suivez l'événement sur Twitter @BetweenPostwar
Comité d'organisation:
Dimitry Anastakis (Université de Toronto)
Ben Bradley
Kevin Brushett (Collège militaire royal du Canada)
Petra Dolata (Université de Calgary)
Jenny Ellison (Musée canadien de l’histoire)
Matthew Hayday (Université def Guelph)
Nancy Janovicek (Université de Calgary)
Sarah Nickel (Université de Saskatchewan)